3 choses “ridicules” que vos collègues masculins font au travail et que vous devriez faire aussi

Parmi les sujets qui me tiennent à coeur en ce moment, figure celui de la place de la femme dans le monde du travail et surtout dans le monde de l’entreprise. Ayant expérimenté ça moi-même pendant plusieurs années et ayant passé beaucoup de temps à observer les comportements de notre chère gent masculine, j’ai pas mal à dire sur le sujet. Entre anecdotes, désillusions, étonnements et parfois bonne ou mauvaise surprise, il n’est pas facile d’évoluer en tant que femme dans le monde du travail, un monde qui par le passé était traditionnellement 100% masculin.

C’est vrai. Avec tous les clichés et stéréotypes qu’on nous rabâchent depuis notre plus tendre enfance, s’imposer, oser parler en public, en réunion, affirmer son opinion et oublier le jugement des autres (comprenez le jugement des hommes) c’est pas de la tarte. Si nous devons parfois nous estimer “chanceuses” de tomber sur des collègues masculins “compréhensifs”, on tombe aussi souvent sur des collègues plutôt étroits d’esprit.

Je ne suis pas de ces féministes qui prônent l’égalité des sexes jusqu’à confusion de l’identité propre à chacun d’eux. Je ne suis pas d’accord non plus avec l’idée qu’une femme pour réussir et s’imposer doit mimer le comportement de la gent masculine au travail, agir en quelque sorte comme si elle était un homme. Il est vrai que ça peut avoir des avantages vu qu’une personne aura plus tendance à mettre en avant et s’entourer de personnes dont elle comprend les comportements. Cette façon d’agir est un comportement humain, pour ainsi dire instinctif mais qui explique souvent que des hommes reçoivent plus facilement un avancement ou une promotion que leurs collègues femmes.

Alors que faire? Selon moi, travailler sa confiance en soi. Il y a aura toujours des obstacles. Ce qui peut faire la différence c’est la façon dont nous choisissons d’approcher ces obstacles. Tout ça est bien sérieux me direz-vous et pour détendre un peu l’atmosphère, j’ai choisi de vous parler en vous donnant des idées concrètes pour booster votre confiance, vous affirmer et imposer votre présence au travail. Comme vous le verrez, il n’y a pas de grand secret mais plutôt cette idée du “fake it until you believe it“. Ca ne vous a jamais frappé combien un homme est doué pour complètement survaloriser son travail et combien une femme est tout aussi douée pour le dévaloriser? Et si tout ça ce n’était que question d’apparence?

Disclaimer: j’utilise le terme “ridicule” en raison de certaines anecdotes mais les idées sous-jacentes sont vraiment primordiales pour s’imposer plus en tant que femme dans le monde du travail à mon sens.

TIREZ LE MEILLEUR PARTI DE VOTRE BODY LANGUAGE

Cette scène vous l’avez déjà vu 100 fois, que ce soit à la télé ou en real life: le cliché du collègue à qui vous avez envie de foutre des claques toutes les deux minutes. Il est installé dans son bureau like he damn owns the place. Assis sur sa chaise de bureau, hyper décontracté, la tête reposant sur ses bras qu’il a confortablement placés juste derrière sa tête et bien sûr, les pieds posés sur la table, s’étalant de tout son long comme s’il était dans son hamac à Saint-Barth.

J’ai choisi cet exemple “extrême” pour vous parler du body language. Je ne vous recommande absolument pas de vous mettre à faire ça au bureau. Ceux qui s’y amusent ont sans doute oublier une règle élémentaire de savoir-vivre, à savoir qu’on ne met pas ses pieds à table :p

Le body language c’est ce que votre corps dégage et révèle de votre attitude, votre comportement et même vos pensées. Il permet de déterminer si vous êtes à l’aise ou non, si vous êtes heureuse ou non et ainsi de suite. Votre body language peut trahir bien des choses que vous souhaiteriez cacher et, qu’il soit perçu de manière consciente ou inconsciente par vos collègues, il affectera vos relations et l’attitude de ces derniers envers vous.

Avec mes quelques années d’expérience en entreprise, j’ai pu constater que les femmes prenaient rarement autant de place que les hommes. Un peu comme si elles s’excusaient d’être présentes, un peu comme si elles ne voulaient pas déranger. En réunion, elles étaient la plupart du temps “recroquevillées” sur elle-même, les bras bien près du corps, ou en position fermée, le tout pour prendre le moins de place possible. Les hommes au contraire était bien installés, à l’aise, comme dans leur semblant d’hamac.

En quoi est-ce mauvais? Ca me semble évident mais je vais l’écrire quand même: quel degré de confiance et d’assurance donnez-vous à vos collègues et vos supérieurs si votre body language dégage de l’hésitation et une excuse d’être là? Entre une personne qui a l’air sûre d’elle-même et une autre qui a l’air de vouloir se cacher, qui allez-vous choisir pour relever un défi ou remplir une tâche importante au travail? La personne qui dégage le plus d’assurance. Alors, même si ça vous gêne, même si vous trouvez ça “ridicule” et même si vos pensées sont à 1000 lieux du degré d’assurance que vous souhaitez dégager, prenez de l’espace! Vous avez autant de valeur que vos collègues masculins pour être dans cette pièce, en réunion. N’ayez pas peur de faire des mouvements amples avec vos bras quand vous expliquez quelque chose. Exagérez vos mouvements et ne vous inquiétez pas du ridicule, même en exagérant je suis sûre que vous serez encore loin du degré d’exubérance de vos collègues masculins dans la définition de leur “territoire”. Petit conseil d’ami: pratiquez ces gestes devant un miroir.

SPEAK UP

Parler en public ce n’est pas toujours évident et certains ont plus de facilités que d’autres dans ce domaine. Pourtant c’est un atout primordial et surtout au travail. Intervenir lors de présentations ou tout simplement oser parler lors de réunions, qu’elles soient entre collègues ou avec des clientes, montre votre implication dans votre travail et votre intérêt.

Comme la plupart des femmes, j’ai tendance à me taire à moi d’être 100% sûre (et être prête à m’être ma main à couper que j’ai raison) de ma réponse. En tant que femmes, nous n’avons pas droit à l’erreur. On doit en quelque sorte démontrer constamment notre valeur et justifier que nous méritons et avons notre place. On se met donc énormément de pression et on intervient qu’avec la certitude que nous avons la bonne réponse. C’est une qualité louable en soi. Pourquoi infliger notre opinion à nos collègues si elle n’est pas susceptible d’une bonne argumentation ou complètement à côté de la plaque? Là où le bât blesse c’est que nos interventions sont alors très ou plutôt trop rares…

J’ai observé bien des fois en réunion la crainte d’intervenir chez certaines femmes, une crainte de se tromper et de se ridiculiser auprès de ses collègues, supérieurs et clients. C’est un peu comme si notre opinion devait nécessairement refléter l’opinion de nos collègues masculins pour être valide à nos yeux (et peut-être à leurs yeux aussi chez certains specimens très machistes bien que j’ai confiance en la nature de la majorité de ces derniers. Je suis sûre qu’ils ne se posent pas autant de questions que nous…).

Vu que l’idée est de vous présenter des anecdotes et vous montrer en pratique ce que vous pouvez faire pour intervenir plus facilement sans risquer de vous sentir la risée de vos collègues, voici une chose “ridicule” que vous pouvez faire en réunion qui fonctionne toujours… et que j’ai observée plusieurs fois comme stratégie chez mes collègues : si vous êtes en réunion et que vous souhaitez intervenir, par exemple en posant une question après une présentation ou toute simplement montrer votre engagement lors d’une réunion, mais que vous ne savez absolument pas quoi dire, je vous suggère tout simplement de parler pour ne rien dire! Et comment ça? En répétant une explication ou affirmation dites lors de la réunion et en demandant confirmation à la personne qui l’a émise de confirmer l’exactitude de votre propos, même si vous avez compris tout de A à Z. De cette façon, vous êtes intervenue, en montrant un réelle intérêt pour la présentation ou la discussion sans vous mouiller… A chaque fois qu’un de mes collègues faisait ça, j’avais le sourire au coin des lèvres car je n’étais pas dupe mais au final, après la réunion, ce qui restera dans la tête des participants c’est que vous êtes intervenue et c’est l’essentiel.

VALORISER VOTRE TRAVAIL

Comme je l’ai dit plus haut, les femmes ont tendance à amoindrir et dévaloriser leur travail et leurs achievements, au contraire des hommes qui ont tendance à en faire des tonnes. Je ne veux pas insinuer que les femmes sont plus modestes mais en tout cas c’est bien un comportement que j’ai pu constater…

Je ne vais pas faire de la psychologie trop poussée mais sachez qu’il est toujours meilleur de valoriser son travail que l’inverse. Au final, la personne qui vous aura écouté retiendra le sens général de votre discours, plutôt que vos actes, surtout au travail où tout le monde n’est pas toujours en mesure de comprendre l’ampleur de vos achievements de leurs propres yeux. Dégager une image positive, pro-active et empreinte de réussite c’est primordial.

Pour vous raconter une anecdote, j’ai commencé à réaliser que je ne valorisais pas assez mon travail le jour où je me suis retrouvée en réunion avec mes collègues à parler d’un dossier que plusieurs d’entre nous avions en commun. Dans mon ancien job, on se retrouvait chaque semaine pour parler de nos dossiers respectifs, tenir l’équipe au courant et voir que la charge de travail soit répartie un peu chez tout le monde. C’était aux alentours de Noël et nous étions peu au cabinet lorsqu’un dossier venant de nos collègues parisiens a atterri sur la table. Notre intervention était vraiment minime. On devait simplement vérifier des documents concernant des entités belges. 1 ou 2 jour(s) de travail grand et nous étions 3 mid-levels sur le dossier, pas plus. Une semaine plus tard, alors que notre intervention était terminée, nous avions notre réunion hebdomadaire et ma collègue et moi-même ne pensions absolument pas mentionner ce dossier lors de la réunion vu que c’était terminé et surtout que le travail n’avait été de grande ampleur mais à notre grande surprise, notre collègue masculin qui était sur le dossier avec nous en a parlé. Il en a parlé mais pas juste comme ça, sans signification. Il a expliqué le dossier de A à Z en insistant sur des mots comme “gros projet” et en mentionnant quelques chiffres du deal, bien que ce dossier soit géré par Paris et non pas par nous. Avec ma collègue je ne me souviens qu’on s’est regardé en se moquant quelque peu de lui mais ce qui m’a frappé ensuite c’est que les supérieurs hiérarchiques qui n’étaient pas au courant du dossier ont vraiment montré de l’intérêt pour son explication. Dans leur tête, on était sur un gros dossier. En soi, son explication était “inutile” car le dossier était clos et démesurée car notre intervention était minime mais au final, question image son explication le valorisait.

C’est à partir de ce jour que je me suis rendue compte de l’impact réel que mes propos pouvaient avoir. La morale de cette histoire c’est qu’il faut être fier de chaque chose que vous réaliser au travail et qu’il ne faut pas hésiter à montrer votre implication et rappeler à qui veut l’entendre que vous avez bien fait votre travail. Il n’y a pas de modestie qui compte aussi. It’s business les filles 😉


Après tous ces conseils, il ne me reste plus qu’à vous souhaiter bonne chance. Qui est prête à relever le défi?  

Vous sentez vous concernées par votre place dans le monde du travail? Avez-vous déjà eu des expériences similaires aux miennes? Avez-vous d’autres conseils ou des anecdotes à partager? 

Follow:
Share:

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *