J’évolue et le blog aussi

J’évolue et le blog aussi

Ca fait un bail qu’on ne s’est pas vu ici, pas vrai? Certains d’entre vous m’ont d’ailleurs demandé si j’avais abandonné mon blog et à ça je répondrai: JAMAIS! Non, la vérité c’est que j’étais “en réflexion” ces derniers temps. Vous connaissez ça aussi n’est-ce pas? Y a des moments dans la vie où tout roule et des moments où on se pose 1000 questions. Si j’ai une tendance fâcheuse à me poser 1000 questions au quotidien, je dois dire que ces derniers mois, j’ai été encore plus active de ce côté-là qu’à la normale. Je me posais tellement de questions que j’en éprouvais une fatigue mentale et physique. J’ai donc décidé de ralentir… pour mieux revenir.

Alors qu’ai-je fait ces derniers mois? Bien sûr, j’ai continué à être présente sur les réseaux, en réduisant ma présence à Instagram uniquement et puis surtout j’ai commencé le Cours Florent en septembre. Me voilà étudiante à nouveau – ça fait plaisir pour les ristournes en magasin et dans les musées :p – just kiddin’. Le Cours Florent pour ceux qui ne connaissent pas c’est un école de théâtre. J’ai réalisé un grand rêve d’enfance en m’inscrivant au Cours Florent. C’est curieux comme certains événements de notre vie peuvent nous échapper et revenir de manière évidente à la surface lorsqu’on décide de faire un grand changement dans sa vie. Figurez-vous que je me suis souvenue que lorsque j’étais enfant, je passais mon temps à créer des mini spectacles à la maison, avec mon frère (qui suivait sa grande soeur – pas le choix ;-)), ou encore je jouais et récitais des passages de films que je regardais alors à l’époque. Tout ça, ça m’est revenu au moment de m’inscrire et je dois dire que je ne sais pas très bien où ces souvenirs se sont cachés pendant toutes ces années.

Alors maintenant, la grande question que tout le monde me pose: “Souhaites-tu devenir actrice, France?” Et je ne sais pas vraiment quoi y répondre. Oui, il y a une partie de moi qui en a envie même si je réalise qu’à 32 ans, c’est loin d’être le moment idéal pour lancer une carrière de ce type. J’ai pris le parti à ce stade de ne pas me poser trop de questions par rapport à cette envie – je m’en pose déjà assez de manière générale sur tout un tas de choses. Je veux prendre le temps de découvrir le théâtre et me découvrir, découvrir si c’est fait pour moi ou non. Ça peut paraître paradoxale mais à chaque fois que je monte sur scène pour répéter devant mes pairs, je me fais violence. J’ai bien dit violence  mais étrangement j’aime ça. Un peu maso sur les bords la fille qui vous écrit ici vous devez vous dire. Il y a quelque chose de très “primaire” à s’exposer au regard d’autrui, à se donner en et au public, qu’il soit limité en nombre ou pas. Je fais ça tous les jours sur les réseaux mais la sensation n’est pas la même. Quand je fais mes stories, je suis seule face à une caméra. Le regard d’autrui est lointain. Dans quelques jours, je passe ma première échéance. Je commence à stresser un peu. Je gère en général plutôt bien mon stress lorsqu’il s’agit de faire des présentations et autres choses de ce genre mais jouer c’est une autre paire de manche. Il est si difficile d’être juste, de ressentir chaque mot exprimé afin d’atteindre l’émotion requise et précise. Il est si difficile d’être soi et en même temps un autre. Ça ne gâche en rien mon plaisir cependant.

Pendant ces derniers mois, j’ai redécouvert la notion de plaisir. Je l’avais perdue en cours de route et c’est pour ça que j’ai pris la décision de prendre un peu de recul par rapport à mon blog. Je voulais prendre du temps pour réfléchir et comprendre ce qui m’empêchait de vous écrire ici. Car il s’agissait réellement d’un blocage. Je n’arrivais plus à écrire. Je n’avais plus l’envie ni l’inspiration. Au lieu de m’acharner, comme je l’aurais fait avant d’ailleurs, j’ai tout simplement accepté ce passage. Pour ceux qui n’écrivent jamais, ce que je raconte peut paraître énigmatique mais pour moi l’écriture c’est une sorte de magie. Ecrire c’est choisir ses mots, choisir du sens et choisir une histoire. C’est une évasion par rapport aux  tracas du quotidien.

Comme je ne pouvais pas écrire, j’ai choisi de lire. Je n’ai jamais autant lu de ma vie. C’était comme une soif que je n’arrivais jamais à apaiser réellement. J’ai lu à raison de 2 livres par jour pendant plusieurs mois. Une addiction? Plutôt un besoin de combler un vide en moi. Ce qui était très déroutant c’est que je ressentais un vide, un manque, sans pouvoir le conscientiser. Je me suis nourrie d’histoires, d’imaginaire, d’émotions. Avec le recul, j’ai le sentiment que ces lectures étaient nécessaires à mon retour à l’écriture. C’est comme si j’avais besoin de nourrir mon imaginaire pour parvenir à remplir à nouveau d’encre des pages restées vierges depuis des mois. Je me suis plongée dans la littéraire anglaise, j’ai redécouvert des classiques et j’ai aussi repris un goût certain pour la poésie. Il ne se passe pas un jour sans que j’en lise. Mon coup de coeur? William Wordsworth, un poète romantique de la littérature anglaise du 18ème siècle. J’ai aussi découvert Sylvia Path et je vous parlerai d’elle très prochainement d’ailleurs car le parcours de cette femme et son oeuvre résonnent tellement en moi.

Ce n’est qu’après plusieurs mois que j’ai enfin réalisé et conscientisé ce manque dont je vous parlais. J’avais besoin d’un plus, de quelque chose d’encore impalpable et indéfinissable. Je savais juste que je voulais plus. Vous n’avez jamais ce ressenti au fond de vous? C’est un peu comme quand vous avez envie de manger de quelque chose mais que vous ne savez pas quoi et qu’aucune chose qu’on veut propose ne rencontre votre désir ou votre attente. Pourtant au fond de vous vous savez très bien que vous voulez quelque chose. Je me suis alors mis en quête de savoir ce qu’était cette “chose”. Comment? Beaucoup d’introspection et de questionnements. 1001 questions chaque jour sur moi, ma vie, mes espérances et capacités. D’où la fatigue. Intense.

Puis, c’est venu comme une évidence. D’un coup. J’ai réalisé que j’avais envie de partager quelque chose en plus avec vous, de vous parler de quelque chose en plus. Je prends énormément de plaisir à vous parler des mes coups de coeur mode ou beauté, de mes voyages et de ces petites choses du quotidien qui forment mon lifestyle mais après presque 4 ans de blogging, je me suis rendue compte que j’avais aussi envie de vous parler de sujets plus personnels et profonds, comme d’épanouissement personnel. Certains doivent se dire: autant de temps pour réaliser ça? Et oui, welcome to my life.

Il y a des instants où tout est clair comme de l’eau roche et d’autres qui sont un parcours dans le brouillard qui nous font évoluer. Le brouillard c’est déroutant, fatiguant et frustrant. Il nous demande de l’effort, de la concentration et de la persistance. Il nous donne l’impression tel un mirage de voir devant nous pour nous faire rapidement réaliser qu’il n’en est rien. On se heurte, et même parfois on se blesse. Pourtant un jour, on perçoit un prémisse de lumière. C’est l’aube qui se réveille. Le brouillard se lève alors et il n’y a plus que lumière. On peut alors reprendre sa route, d’un pas vif et décidé et dans la bonne direction.

J’évolue et le blog aussi et j’espère que vous apprécierez cette évolution.

J’ai déjà plusieurs sujets dont je souhaiterais discuter avec vous ici en terme d’épanouissement personnel et de quête de sens. J’alternerai entre écriture et vidéo car certains sujets feront plus de sens dans ce dernier format. S’il y a un sujet que vous souhaiteriez que j’aborde, laissez-moi votre requête en commentaire ou envoyez-moi un email à contact@madebyf.com. Je continuerai bien sûr à vous parler de mes découvertes mode, lifestyle et beauté, ainsi que de mes voyages, rassurez-vous 😉

Je me réjouis à l’idée d’écrire sur ces sujets et comme vous l’aurez j’espère ressenti, je suis profondément heureuse et épanouie de vous avoir écrit ces quelques mots aujourd’hui.

Follow:
Share:

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *