Cyberdépendance et nomophobie: mon expérience personnelle

Cyberdépendance et nomophobie: mon expérience personnelle

Il y a deux semaines, je suis tombée sur une vidéo qui m’a littéralement laissée sans voix. Elle tombait à pic en plus car je venais de me disputer avec Irfan (hehe oui ça nous arrive) et ça m’a tout de suite calmée et surtout elle m’a permise de me rendre compte de pas mal de choses.
Ca a l’air bien dramatique ce que je raconte mais je vous rassure tout va bien avec Irfan. C’est une dispute normale comme il peut arriver à n’importe quel couple. Le truc pas normal par contre c’était ma réaction. Moi-même, je ne comprenais pas en soi pourquoi j’étais autant énervée et la vidéo que j’ai visionnée par hasard juste après m’en a donné la réponse.

Alors qu’est-ce qui s’est passé exactement ? On était dimanche et j’avais travaillé toute la journée. Il était 21h passé et voilà que j’avais enfin fini de travailler. J’allais pouvoir me relaxer et prendre un peu de temps pour moi. Je propose à Irfan de regarder un film à deux mais je suis plutôt agitée, stressée de ma journée et puis j’ai en tête toutes les autres tâches que j’ai encore à faire pour la semaine qui commence. Je me pose dans le fauteuil et alors qu’on lance le film, je prends mon laptop car je voulais vérifier je ne sais plus quoi dessus. Irfan se plaint que l’écran lui pète les yeux. Je passe sur mon iPhone et puis je finis par trainer sur les réseaux sociaux, sans raison. Juste me balader sur Instagram, Facebook, etc. Au bout d’un moment, Irfan me dit « Lâche ton téléphone ». Je n’écoute pas. En fait, c’est comme si je n’avais pas vraiment entendu. Vous savez quand quelqu’un vous parle, vous savez qu’il vous parle mais vous n’écoutez pas un traitre mot de ce qu’il dit ? Bref, je réalise qu’il me parle mais je réagis pas. Puis, au bout d’un moment, Irfan prend mon téléphone de mes mains et me dit « Maintenant, c’est time, tu lâches ça et tu profites de notre moment à deux, tu regardes le film ».

Mon dieu… Ma réaction. Je suis directement montée dans les tours. Je vais utiliser des mots d’avocate mais en gros, ma réaction était complètement disproportionnée. Ca m’a rendu folle. J’ai crié (ok hurlé) et j’ai fait une pseudo crise de tétanie. Tout mon corps tremblait, mes mains étaient crispées et au bout d’un moment mes cordes vocales étaient tellement bloquées, je n’arrivais plus à parler. J’ai fini par me poser dans la chambre, en prenant bien entendu mon laptop et mon iPhone, toute seule pour me calmer, en râlant quand même qu’Irfan ne se ramène pas pour s’excuser (je suis pas une nana pour rien lol).

C’est alors que je commence à me détendre petit à petit en trainant sur mon laptop. Je finis je ne sais pas comment sur mon LinkedIn et tombe sur un partage de vidéo fait par un de mes contacts. Ca parle des Millenials donc forcément je clique et je commence à visionner. C’est une interview de Simon Sinek. Vous avez sans doute déjà entendu parler de lui. C’est lui qui a développé la théorie du « Why », c’est-à-dire ce qui donne du sens à votre vie et vous procure de la satisfaction personnelle.

Cette vidéo m’a interpellée sur plusieurs points car c’est la première fois que j’entendais quelqu’un formuler avec autant de clarté ce que je pensais sans pouvoir en expliquer les raisons. Ca m’arrive souvent ça. Je sais la conclusion mais je suis incapable de donner mes points de raisonnement à quelqu’un. Je sais juste que la conclusion c’est ça. C’est un peu comme un mathématicien qui connait la réponse mais ne peut pas expliquer le processus de solution à quelqu’un. Bref, c’est un autre sujet mais toujours est-il que ça m’a fait un bien fou de voir cette vidéo.

En tant que Millénial, je me sens bien sûr comme n’importe quel Millénial : paumée ! Je ne vous apprends rien. Ce que j’ai aimé dans cette vidéo c’est que Simon Sinek explique concrètement et simplement pourquoi cette génération est ce qu’elle est et surtout appelle le milieu des entreprises à changer leur mindset, plutôt qu’à les laisser tomber. Je ne vais pas faire un résumé de la vidéo ici. Je vous mets le lien si vous souhaitez la visionner. Franchement si vous êtes Millenials vous allez adorer et si vous ne l’êtes pas, visionnez-là aussi car c’est utile pour de comprendre une génération avec laquelle vous êtes amenés à travailler ou côtoyer dans votre quotidien.

Alors pourquoi cette vidéo est tombée à pic après ma réaction plus que disproportionnée de ma part ? Car elle m’a permise de réaliser ou plutôt conscientiser ce que je savais déjà : j’ai une addiction à la technologie. Quand je dis « addiction », je parle sérieusement. D’ailleurs, vous qui vous me lisez, c’est bien possible que vous tombiez dans le même lot… Je dis ça pour ceux qui seraient déjà en train de me juger. Hello… vous êtes dans le même pétrin (enfin la majorité qui liront ça le seront :p).

Saviez-vous que lorsque vous êtes sur votre smartphone ou sur les réseaux sociaux, ça libère une molécule appelée dopamine ? C’est aussi la dopamine qui se libère quand un alcoolique boit ou un fumeur fume… Hum hum. C’est hautement addictif, et encore plus quand on commence tôt, comprenez l’adolescence. La dopamine qu’est-ce qu’elle fait ? Elle nous fait du bien, elle nous déstresse et nous rend heureux, le tout très temporairement bien sûr sinon ce serait moins drôle. En gros, nous, les Millenials, sommes une génération de camés. Voilà.

Alors, loin de moi l’idée de vous saper le moral. Au contraire, je vous en parle pour que vous le conscientisiez aussi et surtout que ça soit un wake-up call comme pour moi. Car pourquoi j’ai réagi comme ça ? En gros, comme une camée à qui on a refusé sa dose… Car je suis une addict. Je m’appelle France, j’ai 32 ans et je suis technology-addict.

Quand je me suis posée dans le fauteuil, pour me détendre après une longue journée de travail, ma détente devait passer par « passer du temps sur les réseaux et sur mon téléphone en général ». Alors, on regardait un film et vous me direz c’est de la technologie aussi mais c’est différent, en tout cas pour moi. Mon téléphone je le prends partout avec moi, même quand je suis à la maison. Il est toujours à max un mètre. C’est comme un organe qui permet à mon corps de fonctionner. Quand je ne l’ai pas avec moi, je ne suis pas très bien. On appelle ça de la “nomophobie”.D’ailleurs, pour écrire cet article, je me suis dit que j’allais laisser mon iPhone dans une autre pièce. Ca fait une heure que j’écris et j’en peux plus. That’s how addicted I am.

J’ai réalisé que j’ai fait une crise de manque quand Irfan m’a pris mon téléphone. Merci Simon Sinek ! Depuis ce jour, je fais des efforts, des exercices – appelez ça comme vous voulez – pour me détacher de mon addiction. Le truc difficile c’est que mon métier c’est de publier sur les réseaux sociaux… Je rigole en écrivant ça bien sûr. Mais en soi, les réseaux sociaux c’est pas mauvais, ce qui est mauvais c’est le déséquilibre au niveau de leur utilisation.

En pratique qu’est-ce que je fais pour trouver un équilibre qui se conjugue bien avec ma vie professionnelle ?

  • J’ai installé une application sur mon iPhone qui calcule le temps que je passe dessus chaque jour. Pour le moment, je suis en phase d’observation. Je note et je vais ensuite établir une limite. Comme c’est mon métier, je préfère mettre une limite réaliste. 1h par jour sur les réseaux sociaux ce n’est pas faisable vu ma profession.
  • Je m’efforce de ne pas prendre mon téléphone partout avec moi. Donc, par exemple, je ne le prends plus avec moi aux toilettes… Voilà c’est dit :p Si je promène Lilou, je le laisse à la maison. Après une certaine heure, je ne regarde plus mon téléphone. Et si j’ai une pulsion de regarder mon téléphone sans raison valable, je la conscientise désormais et je m’occupe en faisant autre chose. (Aparte : j’ai entendu le bruit d’une notification Whatsapp à l’instant… Je résiste lol)
  • Si je suis de sortie entre amis, le téléphone est dans mon sac. Pour ça, c’est plutôt facile. Même si je suis accro, quand je passe un bon moment entre amis, le téléphone je l’oublie et je ne le regarde pas de la soirée. Par contre, avant il était sur la table (histoire d’être rassurée je présume). Maintenant, il est bien au fond de mon sac.
  • Je vais acheter un réveil pour pouvoir laisser mon iPhone charger dans une autre pièce pendant la nuit. C’est vrai que la première chose que j’ai tendance à faire en me réveillant c’est regarder mon iPhone. Au secours.
  • Enfin, j’ai l’aide de Lilou. Ce chien est un génie je vous promets. Quand elle sent que je travaille trop, elle rapplique et tourne en rond autour de moi, elle apporte un nounou pour jouer. Elle est en train de faire ça d’ailleurs pour le moment alors je vais m’arrêter là. Ordre du chien :p

Ca vous parle mon histoire ? Où je suis totalement à l’ouest ? Vous sentez vous addicts aussi ? Comment gérer vous votre équilibre real life / réseaux sociaux ? Vous passez combien de temps par jour en moyenne dessus?

Follow:
Share:

2 Comments

  1. Marie
    18 December 2018 / 6 h 56 min

    Bonjour France,
    Il est 6h44, le téléphone est déjà scotché à la main, ton article m’a trotté dans la tête cette nuit car, comme beaucoup d’entre nous, je m’y suis reconnue. J’ai passé mon week- sur des écrans – entre tv, iphone et pc -, je travaille sur un pc toute la journée – je suis comptable – et j’ai mon iPhone dès le matin dans la main. C’est un peu flippant ! Et quand je vois les générations qui suivent je me dis que le pire est à venir… J’avais commencé à regarder Black Mirror mais cette série d’anticipation m’a complètement déprimée sur l’avenir de notre société. Bref, moi aussi j’essaie de limiter les écrans. Ce week-end, je me suis mise en coup de pied aux fesses pour aller faire un tour en ville Samedi malgré le temps glacial et Dimanche j’ai tenté de commencé un livre…
    Bon courage dans tes bonnes « résolutions » !
    Marie

    • madebyf
      18 December 2018 / 17 h 15 min

      Merci pour ton témoignage Marie! Ce qui est flippant c’est qu’on ne s’en rend pas compte et qu’on ne voit pas la danger tout de suite. Pour les plus jeunes générations c’est vraiment inquiétant car ils sont comme hypnotisés même par la technologie je trouve. C’est génial de faire écho à Black Mirror. Je suis absolument fascinée par la thématique de cette série et oui j’avoue c’est un peu déprimant et parfois effrayant de voir vers quoi la technologie peut nous tourner. J’aime la technologie mais je veux pouvoir controler ou du moins avoir un équilibre par rapport à celle-ci. C’est top pour la lecture. Perso je me suis remise à la lecture il y a 8 mois et ça aide vraiment à déconnecter. J’ai envie de connaitre la fin de l’histoire et j’en oublie mon smartphone 😉
      Une belle journée!

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *