Mary Poppins Returns ou une myriade de messages inspirants (no spoiler)

Mary Poppins Returns ou une myriade de messages inspirants (no spoiler)

Ca faisait longtemps qu’un film ne m’avait pas autant transportée et inspirée. Je n’exagère pas. A la fin du film, je n’avais pas juste les larmes aux yeux; je pleurais de joie. Alors, oui je suis émotive mais à ce point je vous rassure ça n’arrive pas souvent. Disney a mis le paquet pour faire plaisirs autant aux petits qu’aux grands et je dirais même que les grands seront encore plus touchés que les petits!

Comme indiqué dans le titre, je vais éviter les spoilers dans cet article. Je ne vous dirai que ce qui est déjà public par rapport au film. Par contre, je vais vous expliquer pourquoi j’ai adoré le film et surtout mettre en lumière certaines thématiques traitées par le film qui parleront à beaucoup d’entre vous. Si vous ne voulez pas savoir l’histoire de départ du film, passez le paragraphe qui suit. Comme je vous l’ai dit pas de spoiler mais je préfère laisser le choix à ceux qui voudraient une surprise totale.

Alors Mary Poppins Returns comme son nom l’indique parle du retour de Mary Poppins quelques années plus tard – pendant la Grande Dépression – dans la famille Banks. Jane et Michael sont devenus des adultes et Michael a 3 enfants qu’il élève seul avec l’aide de sa soeur. Les choses vont plutôt mal pour Michael car il est dans l’impossibilité de rembourser son crédit à la banque et sa maison – la maison d’enfance de Jane et Michael – menace d’être saisie. C’est alors qu’arrive Mary Poppins!

Pourquoi j’ai adoré?

Un bel hommage au premier Mary Poppins – Je crains toujours les suites ou les remakes, qui plus est de films ou dessins animés cultes. Quand c’est culte, c’est dur d’être à la hauteur et je suis souvent déçue. C’était ma crainte au départ quand j’ai entendu parler de la sortie du film Mary Poppins Returns. Même si le cast est sensationnel – Emily Blunt, Meryl Streep, Colin Firth et j’en passe – cette crainte était prévisible vu que le premier Mary Poppins est un de mes Disney préférés. J’ai aussi vu la comédie musicale et quand j’étais petite, à ma première visite de Disney, parmi toutes les poupées barbie représentant les personnages Disney, j’avais choisi Mary Poppins comme cadeau souvenir de mes parents.

Alors vu ce que j’ai déjà laissé entendre plus haut, vous devinez que ma crainte était complètement infondée. Mary Poppins Returns est une suite qui réalise un hommage dans les règles de l’art. Ce que j’ai particulièrement aimé c’est le fait que l’histoire suive la même trame que le premier. Pas de spoiler ici car vous le comprenez directement dès le début du film je vous rassure. Il y aussi plein de choses par-ci par-là qui font écho au premier. C’était chouette de les découvrir tout au long du film. J’ai entendu certains critiquer le fait qu’il y avait trop de chansons mais moi, ça ne m’a pas gênée au contraire. J’adore ça mais c’est une question de goût!

Emily Blunt est remarquable dans le rôle de Mary Poppins. Pas simple de marcher dans les pas de Julie Andrews donc rien que pour ça bravo!

Des messages inspirants véhiculés tout au long du film – Jamais, oh grand jamais, un film ne m’a autant transportée et concernée! Ca regorge de messages inspirants et motivants. C’est aussi pour cette raison que j’invite les adultes à découvrir ce film et surtout les Millenials. Ca répond à beaucoup de questions et ça dégage un message rassurant.

Parmi ces messages, on retrouve évidement l’optimisme. C’est une vraie bouffée d’air frais et d’optimisme. C’était présent dans le premier film mais je trouve que c’est encore plus fort dans le second et ça fait un bien fou. On a besoin d’optimisme plus que jamais par les temps qui courent par vrai? On retient le nouveau mot “Luminomagifantastique”. L’optimisme est présent comme fil conducteur du début à la fin mais je retiens bien sûr l’idée qu’il y a toujours un lumière qui nous guide, même dans les nuits les plus obscures. Forcément avec mon vécu, j’ai tout de suite créé des atomes crochus avec ce discours. J’aime que le film mette en exergue que dans les moments difficiles, il y a toujours une façon de s’en sortir et que la lumière est toujours présente même si ce n’est pas le plein jour.

Autre message poignant à mon sens: tout est possible, même l’impossible. On doute bien trop de nos capacités et on renonce parfois à des projets qui nous passionnent et nous font vibrer car on ne se croit pas capable de les réaliser. Avec Mary Poppins, même l’impossible devient possible. Le tout est basé sur l’imaginaire de l’enfant mais nous rappelle que c’est nous-mêmes qui créons et nous imposons nos propres limites.

Et pour faire écho à cette dernière idée, je trouve aussi très beau que le film passe un bon moment à parler du bienfait des changements de perspective. C’est une scène avec Meryl Streep en plus donc encore mieux! C’est un beau message à véhiculer aux enfants mais aussi aux adultes. Les changements ça fait peur et ça nous déboussole mais si on choisit d’accepter ce changement, on réalise que nos perspectives s’enrichissent. Voir les choses sous un autre angle, prendre de la distance, ça vous parle?

La famille avant le travail – Dans une société où les heures de travail sont de plus en plus longues, où on valorise les gens à travailler sans cesse, j’étais heureuse (et le mot n’est pas assez fort) de voir que la valeur de la famille était mise en avant. C’est aussi un écho du premier film mais je pense que ça a encore plus de force aujourd’hui quand on voit comment le monde du travail a évolué. Le jour de la séance, j’avais d’ailleurs publié un article d’Andrew McGregor sur cette même idée. Le travail c’est bien et c’est important mais votre famille et vos amis, ça l’est encore plus. On a tendance à l’oublier ces jours-ci…

Un rappel de qui nous sommes – Dans ce monde qui se prend tellement au sérieux, le film nous invite à nous souvenir que nous avons été et que nous sommes encore tous des enfants. C’est le message principal du premier Mary Poppins et la suite reste dans la même lignée, ce qui fait plaisir. Si je dois parler de moi, je dirais que c’est âme d’enfant je la cultive à fond et tous les jours. Je crois en la magie, j’aime m’émerveiller devant des choses simples et aussi faire l’enfant tout simplement quand j’en ai envie, car je suis une enfant encore et toujours au plus profond de moi. Ca n’a pas toujours été comme ça. Entre mes années universitaires et au barreau, j’avais perdu ma désinvolture, ma spontanéité, et tout ce qui est beau, charmant et positif chez un enfant. Etre sérieux c’est bien, mais il faut pouvoir décrocher de temps en temps, vous ne trouvez pas? Perso, je décroche tous les jours. J’ai la chance d’être en couple avec une personne qui pense comme moi sur le sujet. On a même un monde rien qu’à nous deux qu’on a créé de toute pièce, avec notre imaginaire. Ce monde n’est qu’à nous et ça le rend d’autant plus magique. Ca peut paraitre étrange dis comme ça mais je pense que c’est aussi ça qui nourrit et construit notre couple.

Pour finir sur une note plus personnelle – Je ne pense pas que tout le monde aura les larmes aux yeux (ou pleurera comme une Madeleine comme moi à la fin du film) car nous n’avons pas tous le même vécu ou les mêmes sensibilités. Maintenant, vous connaissez mon parcours: burn-out et reconversion professionnelle. J’ai eu une sensation très forte que le film avait été écrit pour moi (rien que ça hahaha) tellement tous ces messages faisaient écho à ce que j’avais vécu lors de mon burn-out et du cheminement vers ma guérison et reconversion professionnelle. En sortant de la séance, j’ai même dit à Irfan: “C’est une séance de coaching de vie ce film”. C’est pour ça qu’on en sort si inspiré et plus fort.

En plus de ça, le film se passait à Londres, là où mon burn-out a commencé et les scènes montrent en permanence la Cathédrale Saint-Paul et le London Stock Exchange et j’habitais à 300m de là. Je passais tous les jours devant, en allant et en rentrant du travail, alors que se développait mon burn-out. De voir ces images-là combinés aux messages véhiculés par le film ça a fait ressortir pas mal de choses et surtout m’a permis de réaliser tout le chemin parcouru si je puis dire.

Enfin, pour revenir à cette idée d’âme d’enfant, je ne raconte pas en détail la scène car pas de spoiler, mais  vous savez bien sûr que Mary Poppins vole avec son parapluie et que les personnages, dans le premier film déjà, à un moment ou à un autre volent aussi (comme le banquier si rigide qui tout d’un coup a un fou rire avec la fameuse jambe de bois qui s’appelle Smith). Ils volent car ils se souviennent de leur âme d’enfant. Ce moment c’était très fort pour moi car figurez-vous que quand j’étais petite je rêvais de voler! J’ai tellement rêvé de voler qu’aujourd’hui encore j’ai des souvenirs d’enfance que je volais pour de vrai! J’ai des souvenirs de moi qui vole (pas très haut car j’étais limitée par le plafond de la maison hahaha) mais ces souvenirs me semblent réels. Cette histoire très peu la connaisse car ça parait fou mais mon imagination et ma volonté de voler étaient tellement fortes quand j’étais petite que ces rêves que j’ai créés de toute pièce sont une réalité pour moi. Comme quoi, tout est vraiment possible, même l’impossible 😉

Le film sort en salle le 19 décembre! Je vous invite à aller le découvrir au plus vite! Pensez à revenir par ici après l’avoir vu et me donner votre avis! 

Follow:
Share:

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *