Pensées libres: Vieux magazines et ce monde intangible

Je suis tombée sur une pile de vieux magazines l’autre jour. Quand j’ai découvert cette pile, je n’ai pas pu résister à l’envie de feuilleter ces images, idées et pensées du passé. J’avais la sensation de tenir un trésor entre mes mains, un condensé d’une époque que je n’ai pas vécue et qui n’est plus.

Cette pile contenait plusieurs éditions du magazine LIFE, un magazine qui n’existe plus aujourd’hui d’ailleurs, datant des années 50 et 60. Je suis bien restée deux heures à tourner les pages, passant par une palette d’émotions. Entre la joie de découvrir un monde qui n’a jamais été le mien, l’étonnement face à l’évolution que le monde a connu, la consternation quant à l’image de la femme, la nostalgie de choses qui n’ont plus de sens aujourd’hui, je suis sortie de cette expérience visuelle et littéraire avec un vrai questionnement: que restera-t-il de tangible de notre époque pour les générations futures?

life magazine années 50 60 vieux magazines pensées libres monde virtuel tangible intangible madebyf made by f blog

L’époque du digital si innovatrice soit-elle me donne un goût d’inachevé. En terme d’archives, il est clair que nous ne manquerons pas d’informations sur cette époque que nous vivons. Des milliards de données stockées grâce à l’informatique. Une prouesse encore jamais égalée. Tellement de données cependant qu’on s’y perd et puis se pose la question de l’accès à l’information. J’ai le sentiment qu’à peine une technologie développée, nous passons immédiatement à une autre.

Dans le grenier de mes parents, il y a des caisses en carton remplies de cassettes VHS mais plus de lecteur qui fonctionne malheureusement pour les visionner. J’ai encore ma pochette de voyage, remplies de ces CDs que j’écoutais étant adolescente avec mon discman. Ce discman a disparu depuis longtemps. Qu’est-il devenu? Je vous avoue l’ignorer. J’ai du l’abandonner quelque part en chemin, quand je suis passée à l’iPod.

life magazine années 50 60 vieux magazines pensées libres monde virtuel tangible intangible madebyf made by f blog

Je n’achète plus de magazines. Je lis tout en ligne. Et je perds la trace de ces articles que j’ai appréciés. Je sauve souvent des pages en ligne dans mes favoris mais je ne les retrouve jamais au moment souhaité. C’est de ma faute vous me direz. Si c’était organisé correctement, je m’y retrouverais. Oui, très probablement.

Au-delà de l’accès, je me surprends aussi à manquer de matière. J’aime les choses tangibles. Tenir un livre en main par exemple, c’est tellement différent que de parcourir des pages sur un écran. Une sensation de froideur et de distance. Rien de soyeux au toucher. Le bruit? Un clic par-ci, un clic par-là. Et il n’y a pas d’odeur, sauf peut-être celle des câbles qui surchauffent. Ma vue s’accommode sans souci de cette évolution mais pour mes autres sens, c’est bonjour tristesse.

Mais quel tableau je dépeins, devez-vous penser. Je suis nostalgique je pense. Je ne renie pas nos avancées mais je me retrouve à rechercher du contact, du tangible dans mon quotidien ces temps-ci. Aurais-je besoin de cela pour avoir une sensation, une impression du réel? Oui, c’est peut-être l’origine de cette envie.

Quand j’y réfléchis, ça a commencé progressivement. Alors que je dévorais des livres sur ma Kindle depuis 3 ans, je l’ai délaissée au cours de cet été pour un retour à des livres papier. Je me construis une bibliothèque petit-à-petit car oui, j’aime regarder mes livres. Ce n’est pas juste les lire, c’est aussi les admirer, les contempler. Je me sens bien, entourée de livres. Plus il y en a plus je vais bien. Quel manque de minimalisme!

Le minimalisme m’ennuie aussi. Quand il s’agit d’éviter la surconsommation, je comprends mais ce concept d’espace vide, de choses tangibles réduites au minimum, je trouve ça impersonnel et froid. Tous les intérieurs finissent par se ressembler.

Mais je sens que je m’égare déjà. Alors pour revenir à cette découverte des vieux magazines LIFE des années 50 et 60, j’ai décidé de créer mes propres archives. Je veux qu’un jour quelqu’un ait des traces de l’époque que j’ai connue et qu’il puisse découvrir cette époque à travers mes yeux, de manière personnelle. Pas une pile d’informations non triées comme on pourrait les trouver en ligne. Une pile d’informations que j’aurais construite moi-même, relatant ces faits qui pour moi sont importants et marquants. Il y aura des notes personnelles et pourquoi pas une version papier de cet article. Je veux y glisser des photos aussi. Je n’imprime plus jamais de photos. Je veux en imprimer de temps à autre. Des découpages d’articles que j’ai aimés, des magazines que j’aurai achetés et décidés de garder. Pour se souvenir, voyez-vous. Pour garder une trace tangible de mon époque, un trace tangible de ma vie. Une réalité.


Que pensez-vous de tout ça? Connaissez-vous aussi ce ressenti? Dans un monde où nous n’avons jamais autant eu accès à l’information, pensez-vous qu’il soit logique ou plutôt paradoxal de vivre ceci comme un manque du réel et du tangible? Je vous invite à partager votre ressenti.

Follow:
Share:

2 Comments

  1. Eléonore
    21 January 2020 / 22 h 05 min

    Je ressens vraiment aussi cette sensation.. Je suis nostalgique rien que de mon époque des années 90.. Moi j’avoue que ça me rend quand même triste cette avancée technologique bien trop rapide et cette perte d’humanité.. Et comme tu dis c’est tellement chouette d’avoir les choses en main, des odeurs. Surtout que les odeurs ça peut rappeler tellement de choses! J’adore les odeurs c’est pour moi le plus important!
    Et les photos, j’aime tellement! Je fais maintenant à chaque fois un album de tous mes voyages!

    • madebyf
      Author
      24 January 2020 / 10 h 05 min

      Tu as tellement raison pour l’album! Je me suis dit la même chose, c’est tellement dommage de laisser tout ça sur un disque dur! D’un autre côté je me rends compte aussi que je prends très peu de photos en dehors de mon travail. Sans doute car mon travail consiste à en prendre tout le temps 😉
      J’ai envie d’aller chiner dans des brocantes pour découvrir des objets d’avant. J’ai envie de remplir mon intérieur de ça. Je ne suis pas contre la technologie au contraire mais oui, nostalgique de certaines choses d’avant et les odeurs, ne m’en parlent pas! C’est la base! Ca évoque toujours plein de souvenirs. Je parlais de ça avec un ami y a pas longtemps que j’étais aussi capable en usant de ma mémoire de faire revenir un parfum ou une odeur à moi. Il ne comprenait pas. Je pensais que tout le monde faisait ça. Là par exemple , j’imagine l’odeur d’un vieux livre… paradis 😉
      Merci pour ton message et une bonne journée ma belle!

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *


Looking for Something?